24 févr. 2017

inFO CCE 3 Février 2017

LA BONNE RÉSOLUTION - n°21
Compte-rendu (non exhaustif) du CCE du 3 février 2017
  • Corners Darty au sein des magasins Fnac
  • Évolution du modèle sécurité à la Fnac
  • Consultation sur la politique sociale de l'entreprise

11 févr. 2017

inFO CCE 2 Décembre 2016

LA BONNE RÉSOLUTION - n°20
Compte-rendu (non exhaustif) du CCE du 2 décembre 2016
  • Consultation sur la politique sociale de l'entreprise
  • Point sur le plan social au rayon Disque-Vidéo-Gaming 

31 janv. 2017

TRAVAIL DOMINICAL : Pourquoi il était urgent d'évincer FO

Avec toutes ces organisations syndicales qui, en préambule de leur communication, ont tenu à réaffirmer leur opposition à la généralisation du travail dominical, difficile de comprendre comment un accord a pu être signé.
Sans ratification syndicale, la Fnac aurait dû se contenter des «12 dimanches» du maire pour lesquels la législation avait prévu les contreparties. Sans accord, impossible d'ouvrir un magasin 7 jours sur 7 pendant 52 semaines.
Malgré cet imposant «bataillon» d'adversaires à la normalisation du travail dominical, la Fnac est pourtant arrivée à ses fins.

26 janv. 2017

Décret de la loi « travail » : comment préserver, pour les salariés, l’accès au médecin du travail ?

Fédération des Employés & Cadres : Communiqué du Syndicat National FO des Médecins du Travail et des Services Interentreprises, le 20 janvier 2017

C’est la question que se posent, tant les salariés des entreprises, que ceux des services de santé au travail, tellement cette loi les met tous en « porte à faux » ! avec son décret du 27 décembre.
La visite d’embauche est remplacée par une « visite d’information et de prévention » (VIP), qui peut être faite, soit par le médecin du travail, soit, sous son autorité, par le « collaborateur médecin », l’interne ou l’infirmier. Lors de cette visite est ouvert un « dossier médical en santé au travail », et à son issue est délivrée (au salarié et à l’employeur) une « attestation de suivi », dont le modèle doit être précisé par arrêté ministériel. La loi s’applique au 1 er janvier. Mais, ce jour, 20 janvier, l’arrêté ministériel n’a pas été publié ! Il y a donc un vide juridique sur la VIP (Il est vrai que, pour le gouvernement, les salariés ne sont pas des Very Important Persons !).

17 janv. 2017

Les revendications salariales 2017 et celles sur le temps de travail

Revendications de la Fédération des Employés & Cadres - FO Commerce

Pour ce qui est des revendications salariales, elles répondent aux résolutions du Commerce. Elles ont été envoyées à toutes les branches. Elles répondent aussi à l’urgence d’augmenter les salaires et s’opposent à la stagnation du SMIC.
Pour ce qui est du temps de travail, elles répondent aux résolutions du Commerce et ont été envoyées dans les branches l’année dernière. Elles sont aussi un rappel de notre opposition aux lois Macron et El Khomri. C’est une réponse au besoin de l’emploi. 6 millions de chômeurs, il faut favoriser l’embauche par la baisse du temps de travail.

A suivre, le Tract des Revendications 2017

29 déc. 2016

Au mépris gouvernemental se rajoute le mépris patronal du commerce

Communiqué de la Fédération des Employés & Cadres - Section Commerce - 28 décembre 2016
Sur un quinquennat, finissant, au service du patronat (en particulier des grandes entreprises), nous pouvons compter les points qui se résument à 27 centimes d’augmentation brute du SMIC depuis juillet 2012.

L’augmentation ridicule, méprisante, insultante, du SMIC 2017, reste dans la même lignée des précédentes que les salariés du commerce ont subies. Bien entendu, pire est la situation des temps partiels qui ne voient pas diminuer les coûts fixes pour aller travailler, en particulier les transports.

FO COMMERCE rappelle que la majorité des temps partiels sont des femmes. Ce qui les cantonne aux rôles de salaire d’appoint quand elles sont en couple. Est-ce cela la promotion de l’égalité professionnelle ?

Malgré la petitesse de cette piécette de 9 centimes d’euros d’augmentation BRUTE du SMIC horaire, la très grande majorité des grilles de minima salariaux du Commerce non alimentaire est noyée sous ce geste qui représente 7 centimes NETS de l’heure.

Sur la trentaine de conventions collectives, il n’y en a que cinq qui se trouvent un peu au-dessus.

8 déc. 2016

Fnac-Darty : Pourquoi il n’y aurait pas de casse sociale ?

Communiqué de la Fédération des Employés & Cadres - décembre 2016
Dans le secteur de la convention collective du Commerce de l’Audiovisuel et de l’électroménager, FO COMMERCE a déjà assisté à des restructurations d’ampleur.

Le rachat de SATURN par BOULANGER a vu disparaître l’enseigne SATURN au bénéficie de BOULANGER, par la même occasion, c’est la moitié des effectifs de SATURN qui est passée à la trappe et par un jeu comptable SATURN (déficitaire), a absorbé BOULANGER pour faire fondre artificiellement les bénéfices. Là où il y avait 2 magasins (ex Saturn et Boulanger), il n’en reste plus qu’un.

La recapitalisation de la Générale de Téléphone (ex Photo Service et Photo Station) par Orange, s’est soldée par une série de plan de licenciements et de fermetures de magasins. En particulier quand il y avait 3 magasins (ex Photo Station, ex Photo Service et Orange) dans la même galerie..., il n’en reste plus qu’un. En terme d’économie, les salariés d’Orange bénéficient de la convention collective de la télécommunication et ceux de la Générale de Téléphone bénéficient d’une au rabais, celle du commerce de l’Audiovisuel et de l’électroménager.

Pourquoi la fnac ne réserverait-elle pas le même sort à Darty et plus particulièrement aux salariés des deux enseignes ?

3 déc. 2016

PSE Fnac-Darty : La Fin des Services Nationaux DARTY annoncée !

[Siège, Romainville, Mercuriales, Bercy]

Le 04 novembre 2016, lors d'un comité de concertation Fnac-Darty, créé pour l'occasion, le processus d'extinction des services nationaux Darty a été enclenché.
En effet, la Direction a annoncé d'emblée, la mise en place d'un Plan de Sauvegarde de l'Emploi (licenciements économiques) dont les négociations démarrent dès Mars 2017, concernant entre autres, l'ensemble des effectifs des services nationaux de DARTY, sans en préciser les modalités ni le nombre d'emplois concernés, avec comme seule certitude , l'issue fatale annoncée !
Mais tout d'abord , avant de parler de licenciement, la Direction a imaginé un PLAN , en trois étapes :
  1. Du 09/12/2016 au 31/01/2017 : Transferts des contrats de travail DARTY services nationaux vers FNAC SA, par la signature d'avenant au contrat de travail reprenant l'ensemble des conditions contractuelles, avant le 31 janvier 2017.
  2. Février 2017 : Participation aux élections professionnelles de FNAC SA (futur siège FNAC-DARTY), de l'ensemble des salariés concernés ( y compris les salariés provenant de DARTY), afin de recomposer le "paysage" électoral de la FNAC, et ainsi lui faire signer le projet de PSE.
  3. À partir de juin 2017: Participation (contrainte) des salariés DARTY et FNAC au Plan de Sauvegarde de l'Emploi de FNAC SA, que la Direction a déjà annoncé aux salariés , dans le mépris le plus total des instances représentatives.
Nous ne serons pas COMPLICES de l'extinction des Services Nationaux DARTY
Ni des Licenciements de salariés FNAC-DARTY

1 déc. 2016

FO COMMERCE n’attendra pas l’augmentation du SMIC pour revendiquer

Communiqué de la Fédération des Employés & Cadres - Section Commerce - 29 novembre 2016

FO COMMERCE, consciente du besoin parfois vital d’augmenter les salaires, a envoyé aux différentes branches du commerce des revendications responsables pour que puissent vivre correctement les salariés du secteur.
Il est impossible de rester dans cette situation après une traversée de 10 ans sans coup de pouce au niveau du SMIC.
Le rapport de l’ONPES (Observatoire National de la Pauvreté et de l'Exclusion Sociale)et le rapport de l’IRES (Institut de Recherches Economiques et Sociales) établissaient déjà en mars 2015 que le revenu nécessaire à une personne seule était de 1.424 euros nets par mois.

A suivre : les revendications FO Commerce

29 nov. 2016

TRAVAIL DU DIMANCHE : nous n’avons pas changé, nous sommes pour le progrès social

Communiqué de la Fédération des Employés & Cadres du 28 novembre 2016
Le Conseil National de la Fédération des Employés et Cadres, le Parlement de la Fédération, s’est encore positionné pour la défense du Repos Dominical et le non travail des jours fériés :
« Le Conseil National rappelle son attachement au repos dominical et son opposition à la banalisation et à la généralisation du travail du dimanche et en soirée. Il condamne les dispositions de la loi dite « Macron », de l’amendement Debré et du décret Sapin qui organisent la généralisation du travail dominical et du travail de nuit, dégradant les conditions de travail et mettant en danger la santé mentale et physique des travailleurs.
Le Conseil National appelle l’ensemble de ses structures syndicales à user de tous les moyens mis à leur disposition pour empêcher la généralisation du travail dominical, du travail de nuit et du travail « en soirée » voulue par le patronat et les pouvoirs
publics accompagnée par les mêmes qui soutiennent la loi « Travail ».
Le Conseil National confirme le mandat donné au Secrétaire général de la FEC pour ester en justice aux fins de préserver le repos dominical des salariés.
Le Conseil National revendique le retour des deux jours de repos consécutifs dont le dimanche.
Le Conseil National exige le maintien des décrets historiques, locaux, qui visent à limiter le travail le dimanche et les jours fériés.»

Et au-delà du Conseil National, c’est aussi la position des délégués lors du dernier congrès confédéral de Tours.
Ces positions renforcent celles de la Section fédérale du Commerce qui appelle tous ses militants à faire barrage à la rérèglementation (lois Macron et El Khomri) qui pointe son nez dans les entreprises du commerce, voire les établissements.
Le pseudo volontariat, sous les pressions économiques et à l’embauche ou lors des promotions, ne doit pas justifier la perte d’une garantie collective qui durera plus longtemps qu’un avis temporaire.